Les espèces

Rossolis à feuille intermédiaire

Flore

Les actions de gestion effectuées sur le site sont justifiées et évaluées régulièrement au travers d’inventaires et de cartographie. La flore est donc ici particulièrement bien connue et présente un grand intérêt par la présence d’espèces rares et/ou protégées à forte valeur patrimoniale. C’est principalement dans les zones humides que poussent ces espèces souvent de petite taille aux mœurs plus qu’étranges. On trouve le Rossolis à feuille ronde, le Rossolis à feuille intermédiaire, la Grassette du Portugal et la petite Utriculaire qui sont toutes des plantes carnivores.

Faune

Avifaune

Concernant les espèces animales tous les groupes n’ont pas été prospectés avec la même intensité. L’avifaune est la mieux connue et constitue un des attraits du site. Outre les busards, on trouve un cortège relativement important de passereaux caractéristiques de la physionomie des landes (végétation basse à buissonneuse, dense) : Fauvette pitchou, Pipit farlouse, Locustelle tachetée, Tarier pâtre, Bruant des roseaux, Linotte mélodieuse, Fauvette grisette, …
Les landes de Locarn sont, à l’échelle de la Bretagne, un des sites les plus denses en Engoulevent d’Europe puisqu’on recense plus d’une vingtaine de mâles chanteurs pour environ 230 ha prospectés.

En dehors des espèces nicheuses présentes en été, le site constitue un hivernage privilégié pour plusieurs oiseaux. Le Hibou des marais trouve refuge au sol au milieu des ajoncs de Le Gall, proches des zones humides ; le Busard Saint-Martin, également au sol dans des zones plus sèches ; la Bécassine des marais vient se nourrir sur les sols détrempés des prairies humides entretenues. L’Etourneau sansonnet se regroupe en énormes bandes de plusieurs centaines de milliers d’oiseaux. Ils élisent dortoir dans les plantations résineuses denses et vont glaner leur pitance dans les fermes jusqu’à une trentaine de kilomètres autour du site.

Busard Saint-Martin mâle

Mammifères

Déjections de Camapagnol amphibie

Situées entre deux massifs forestiers (Forêt de Duault et Bois du Follezou), les landes sont régulièrement fréquentées par les grands mammifères tels le cerf, le sanglier ou le chevreuil.
Le Campagnol amphibie, avec ses 12cm de longueur est le plus gros campagnol de nos régions. Il vit dans les prairies humides où il se nourrit des graminées et des joncs.
La célèbrissime et discrète Loutre d’Europe a de tout temps trouvé en Centre-Bretagne la tranquillité, la qualité des eaux et des milieux, la diversité de proies qu’elle affectionne.

Reptiles

Les landes de Locarn offrent une diversité d'habitats favorable aux reptiles. Il est assez fréquent de voir le Lézard vivipare s'enfuir dans la Molinie. Peu commune dans les Côtes d'Armor, la Coronelle lisse est connue sur le site depuis une dizaine d'année.

tl_files/maison_patrimoine/photos/Lande/DSCF0773.JPGtl_files/maison_patrimoine/photos/ard 004.jpg

La Vipère péliade peut également être apperçue sur les places exposées afin de profiter du soleil.

tl_files/maison_patrimoine/photos/Lande/vipere peliade.jpg

 

Batraciens

Mares, gouilles, ruisselets, flaques, étangs, réserves incendie sont autant de point d'eau recherché par les batraciens. Si certains comme le Triton palmé ne sortent jamais de l'eau, d'autres et nécéssitentsans oublier les prairies humides et les zones tourbeuses

Invertébrés

La présence de mares est appréciée des libellules qui viennent y pondre leurs œufs et où se développeront les larves. L’Orthétrum bleuissant, la Libellule déprimée, la Petite nymphe à corps de feu recherchent les eaux acides, pauvres en éléments minéraux, riches en composés humiques (*) des tourbières.
(*) : produits issus d’une lente dégradation de la matière organique.