L'évolution rurale en Bretagne au XXe siècle

L'évolution rurale en Bretagne au XXe siècle

Bourgs et campagne : l’organisation de l’espace villageois

En Bretagne, en raison de l’habitat dispersé, la vie s’est longtemps organisée autour de deux pôles principaux : le village où l’on habite et le bourg, centre de la commune. Il existe aussi des pôles secondaires : après la Révolution le chef-lieu de canton, où l’on se rend pour la foire mensuelle ou pour des démarches administratives, prend de l’importance.

La campagne

Pour une population majoritairement paysanne, le cœur de la vie, c’est le village. « D'abord chacun se sent enraciné dans son "village", communauté de voisinage et communauté d'entraide, cadre ordinaire du travail et du loisir. C'est là que l'individu trouve ses solidarités à la fois les plus efficaces et les plus contraignantes.» (J.-M.Guilcher)
Ce n’est que tardivement que ces villages vont bénéficier des « bienfaits de la modernité » : l’électrification des campagnes s’achève à la fin des années 1950 et l’adduction d’eau potable au cours des années 1970. Construction de maisons neuves, développement des bâtiments d’élevage et remembrement vont dans les années d’après-guerre modifier profondément paysages et cadre de vie. On y retrouve :


ardoisière   ferme   gare   moulin

Le bourg

Pour la société rurale, le bourg représente souvent à lui seul le monde extérieur en son entier : administration, justice, commerce…
«Complément inséparable des villages, il tire sa richesse (et sa justification) de la vie de relations, ne prospère et ne croît que par elles. […] La fonction du bourg se résume dans le marché local, la "halle" commune des villages. Foyer intermittent, il s'éteint à demi entre les jours de foire ou de marché. Son centre est une place entourée d'auberges qu'emplit à jour fixe le bruit d'une clientèle passagère.»(L.Romier)
A la fin du XIXe siècle, les institutions républicaines marquent le territoire par de nouvelles constructions (mairie, école…). La IIIe République oblige chaque commune à avoir une mairie et une école. Malgré la permanence de l’influence religieuse, la collectivité se reconnaît dans ces nouveaux symboles de rassemblement. Ce sentiment sera exacerbé avec l’érection du monument aux morts après la Première guerre mondiale. On y retrouve :


boutiques et ateliers   café   école   église   forge   lavoir et fontaine  

mairie   place du bourg   poste